Défi paléo 100ans et + #3

Bienvenue pour moins de stress et plus de bonheur dans votre vie avec comment transformersavie 🙂

Osez vous améliorer… Atteindre vos objectifs et créer la vie vos rêves est possible, uniquement si vous prenez la ferme décision de prendre dès maintenant le contrôle de votre vie !

J’ai pris la dédisions de vivre vieux 100ans et + mais en bonne santé, avec toute ma tête et mes jambes si l’on peu dire, ne vos t’il pas le détour de faire dès aujourd’hui le pari de prendre en compte notre alimentation et faire un peu d’exercice physique, pour ne pas le regretter après. On ne pourra pas revenir en arrière après !!

100ans

Aujourd’hui je vous parle de tout ces apports essentielles que nous avons besoin pour être en bonne forme.

Je vous partage aussi cette vidéo sur mon ressenti de comment arriver à tenir mes engagements paléo sur mon alimentation équilibré et de faire du sport journalièrement.

Micro nutriments essentiels

Votre corps a besoin chaque jour d’un apport de nutriments qu’il trouve dans son alimentation. En dehors de la classique notion de glucides (sucres), lipides (graisses) et protéines, on connait aujourd’hui une quarantaine de substances (ou molécules) qui lui sont indispensables : les micronutriments essentiels.

Les micronutriments « essentiels »

Ce sont donc les nutriments que le corps ne peut pas fabriquer lui même. En petites quantités quotidiennes, ils permettent au corps de bien fonctionner.
On distingue :
les vitamines : A,B1,B2,B3,B5,B6,B8,B9,B12,C,D,E,K
les minéraux : Fer, Cuivre, Zinc, Calcium, Magnésium, Iode, Manganèse, chrome, sélénium…
les acides aminés dits « essentiels » tels que Tryptophane, Leucine, Phénylalanine…(qui permettent de fabriquer certaines protéines)
– les acides gras insaturés dits « essentiels » (oméga 6, oméga 3…).
Ils participent à de multiples réactions métaboliques vitales qui se réalisent au sein de nos cellules.

Les apports quotidiens recommandés (AQR)

C’est la dose de ces nutriments essentiels que l’on doit trouver chaque jour dans son alimentation, définie par les pouvoirs publics. Notons que les chiffres officiels varient d’un pays à l’autre selon les communautés scientifiques.
D’autre part, de nombreux médecins et biologistes pensent que ces « normes » sont souvent en dessous de la réalité. Il s’agirait pour eux de doses permettant d’éviter la maladie mais pas toujours suffisantes pour une forme optimale.
De plus, les besoins augmentent avec l’âge. Il est classique en anti-aging de proposer des cures de nutriments à des doses bien supérieures aux AQR, ce que permettent nos préparations magistrales si le médecin le juge utile.

 

micronutriments 2

 

Causes et effets des carences alimentaires

Des carences en nutriments essentiels

Une quarantaine de nutriments dits « essentiels » sont indispensables au fonctionnement de notre organisme. Notre corps ne sait pas les fabriquer (ou en quantité insuffisante). Ils doivent faire partie de notre alimentation quotidienne pour maintenir une bonne santé.
De nos jours, de nombreuses études ont montré que des carences sont répandues dans nos pays industrialisés alors que notre nourriture est, paradoxalement, en surabondance.

Notre mode de vie a changé

Nos mauvaises habitudes alimentaires, la pollution, les méthodes de culture intensive, l’emploi massif d’engrais et de pesticides, etc… rendent très difficile aujourd’hui dans les pays industrialisés, l’apport suffisant de nutriments essentiels, malgré une alimentation plutôt riche. Beaucoup d’études statistiques le confirment (carences souvent présentes au sein de nos populations, diminution des teneurs en nutriments essentiels de nos aliments, en particulier les fruits et légumes).

Plusieurs causes peuvent perturber l’équilibre en nutriments :
– facteurs physiologiques tels que stress, efforts physiques intenses, croissance, surmenage, vieillesse…
– alimentation déséquilibrée (régime, repas rapides, repas à l’extérieur, excès de cuisson…)
– pollution de l’air, de l’eau et de nos aliments (nitrates, hormones, sulfites, métaux lourds, antibiotiques, détergents…)
– tabagisme passif ou actif, alcool, médicaments…

Les méthodes agro-alimentaires aussi

Les méthodes agricoles sont aujourd’hui intensives et l’alimentation de plus en plus industrialisée. Il s’écoule plus de temps entre la production de l’aliment et sa consommation. De ce fait, la teneur des aliments en vitamines et minéraux est plus faible qu’auparavant alors que celle des conservateurs chimiques est plus forte. D’autre part, nos dépenses énergétiques sont, en général, plus faibles et nous avons donc besoin de moindres quantités d’aliments. Au final, nos apports de vitamines et autres nutriments essentiels deviennent, dans l’ensemble, insuffisants.

Conséquences des carences en nutriments

Nos carences en nutriments essentiels ont de nombreuses conséquences. Elles empêchent les réactions métaboliques de se faire normalement dans notre corps et peuvent conduire, avec le temps, à la maladie.
Le manque d’un seul nutriment comme le zinc peut perturber des dizaines de fonctions dans notre corps. Il peut s’agir d’assimilation, d’élimination, de fabrication d’hormones ou de neuromédiateurs, des fonctions produisant l’énergie dont nos cellules ont besoin pour fonctionner, etc…
Des symptômes tels que:
– nervosité, états anxio-dépressifs
– baisse de forme, fatigue
– cheveux et peau ternes ou abîmés
– troubles digestifs
– douleurs diffuses, etc…
peuvent être les premiers signes d’une carence vitaminique ou minérale, et peuvent conduire à la maladie.

Un apport constant en nutriments essentiels, voire en antioxydants, nous protège des agressions quotidiennes issues de notre environnement. C’est pourquoi les compléments alimentaires sont de plus en plus employés. Ils permettent d’assurer l’apport des nutriments indispensables pour maintenir notre santé et notre forme. Toutefois, il faut savoir prendre uniquement ceux qui nous manquent réellement… Des études montrent que l’excès de certains nutriments est souvent tout aussi mauvais que leur carence.

 

Les fonctions à traiter en anti-âge

Certaines fonctions sont généralement ralenties ou déficientes avec le temps. Elles sont importantes en matière d’anti-aging et peuvent nécessiter une attention particulière et des traitements de stimulation.

Lutte contre les radicaux libres et la glycation

Vieillissement et production de « radicaux libres » dans l’organisme sont liés. De nombreuses études ont mis en évidence l’intérêt de ralentir cette production (oxydation) dans de nombreux troubles de santé.
Trop de radicaux libres aboutit à une altération des parois de nos cellules, de nos protéines et même de notre ADN. Notre corps « s’oxyde » de plus en plus avec l’âge, les mécanismes essentiels se grippent.
L’accumulation de radicaux libres est toxique en particulier pour les cellules de notre peau. Celle-ci est, de plus, soumise aux UV, autres producteurs de radicaux libres. Une des théories expliquant le vieillissement cutané repose sur ces radicaux libres et leur accumulation qui aboutirait à la production de cellules de plus en plus fragiles et anormales. Dans le tissu cutané, on relève une dénaturation de l’acide hyaluronique (aux capacités hydratantes et de soutient) et une dégradation du collagène (qui donne la solidité de la peau) et de l’élastine.
Certains tests permettent de mettre en évidence une trop grande production de radicaux libres dans le corps. Dans ce cas, on est souvent amenés à conseiller des antioxydants.

D’une façon similaire, la glycation (que certains classent parmi les processus oxydants) va dénaturer les protéines de nos tissus. Il s’agit d’une dénaturation par les sucres, une sorte de « caramélisation » qui va rendre plus rigides nos tissus, en particulier les vaisseaux et les tissus cutanés…
C’est un phénomène bien connu chez le diabétique qui voit ses fonctions microcirculatoires s’altérer. L’hygiène alimentaire (notamment la réduction des sucres rapides) et certains micronutriments peuvent ralentir la glycation.

 

Neuromédiateurs

 Systèmes hormonaux

La plupart de nos hormones comme la testostérone, DHEA, hormone de croissance… voient leur production décroitre avec l’âge, parfois dès la trentaine. Les répercussions sur notre état général (physiques comme psychologiques) peuvent être très étendues et entrainer des symptômes gênants. Dans ce cas, une stimulation des glandes productrices correspondantes se fait par des traitements naturels tels qu’extraits de plantes, micronutriments ou encore l’activité physique.
Dans le cas où cela se révèle insuffisant, il est possible d’administrer des hormones dans leurs forme naturelle (bio-identique) si possible afin d’éviter les effets secondaires. L’administration d’hormone de croissance contre les effets du vieillissement n’est pas autorisée en France.

Neuromédiateurs et système nerveux

Ce sont des substances fabriquées par nos cellules nerveuses et dont la production est étroitement liée à notre humeur et à nos performances mentales. Les principales sont la dopamine, la sérotonine, l’acétylcholine et le GABA. Elles ont un effet majeur sur tout le fonctionnement de notre corps par le biais du cerveau et de la conduction nerveuse. Elles sont très importantes dans le maintien de notre état général.
Leur production peut être facilement altérée dans l’avancée en âge ou dans le surmenage, certains états anxio-dépressifs et d’autres maladies comme la démence sénile, la maladie de Parkinson, etc…
La bonne production et l’équilibre de ces neuromédiateurs sont donc importants pour la santé générale. Pour les rétablir, la médecine intégrale anti-âge utilisera, selon le cas, des compléments alimentaires, des plantes (dites « adaptogènes »), des hormones, voire des remèdes allopathiques en début de traitement si le trouble est très marqué.

Fonction digestive

Son importance est grande puisqu’elle conditionne autant la bonne absorption des nutriments que la bonne élimination des toxines. Elles sont liées à la production des sucs digestifs (qui baisse avec l’âge) mais aussi à l’équilibre de la flore intestinale. Il s’agit des bactéries intestinales qui collaborent à notre digestion, entre autres.
Les troubles sont aujourd’hui fréquents. Parfois une augmentation de la perméabilité de la muqueuse intestinale est favorisée par le stress, les toxiques alimentaires, une mauvaise flore, etc… La muqueuse va alors laisser passer des particules d’aliments non digérés vers la circulation sanguine. L’organisme va mettre en jeu ses défenses immunitaires. Ceci va créer des particules toxiques dans le sang et, à la longue, fatiguer notre immunité. Les intolérances et les allergies alimentaires peuvent être liées à un tel syndrome. Pour cela, on est souvent amené, en médecine anti-âge :
– à dépister ces intolérances à certains aliments
– à nettoyer l’intestin : lavements, purges, irrigations… (classiques dans les médecines traditionnelles)
– à refaire la flore intestinale à l’aide de probiotiques et prébiotiques.

Source prise sur le site: Bilan-anti-age.com

 

Conclusion:

Je pense qu’il vaut le coup de prendre conscience des aujourd’hui au bien fait, de faire attention à son mode de vie, de l’alimentation et bien sur pratiquez de l’exercice physique plusieurs fois par semaine. Pour espérer une meilleur santé à plus long terme et de vivre le plus vieux possible en bonne santé.

 

Osez vous améliorer… Atteindre vos objectifs et créer la vie vos rêves c’est possible, uniquement si vous prenez la ferme décision de prendre dès maintenant le contrôle de votre vie !
Vous êtes votre première richesse, dépassez vos doutes et libérez vous pour vivre une vie épanouissante !!!

Si vous avez aimé ce commentaire pensez à le partager sur Facebook ou Twitter. Pensez aussi à laisser un commentaire sur le blog ! ! ça fera plaisir à ceux qui nous suivent, ça vous fera plaisir et ça me fera plaisir aussi, bref tout le monde sera heureux ! !


3 thoughts on “Défi paléo 100ans et + #3

  1. Kayah Répondre

    Je n’aime pas faire du sport ! Depuis toute petite, j’évite les activités dont je sais qui vont me faire transpirer. Je sais que ce n’est pas un mode de vie sain si on ne se dépense pas, mais quand je transpire trop, j’ai tendance à avoir des plaques rouges sur le corps après.

    1. vicentejunior Répondre

      Re bonjour a la c’est bête je savais pas que ça pouvez exister. Il y a pas de traitement pour ça.
      Le sport ça fait parti de la vie.
      Amicalement

      1. Kayah Répondre

        C’est de l’urticaire cholinergique 🙁 . Jusqu’au jour d’aujourd’hui, je n’ai trouvé aucun remède pour ça. J’évite juste de trop transpirer. Heureusement que je ne grossis pas sinon, je ne sais pas comment j’aurais fait pour m’en sortir. J’essaie de tout miser sur la nourriture que je mange pour ne pas prendre du poids, ça marche pour le moment.

Laisser un commentaire